Thupparivaalan | La Critique

Critique
Les films de détective ont été exploités avec parcimonie à travers les années à Kollywood.
Bien que peu commun dans le cinéma Tamoul d’aujourd’hui, les enquêtes de détectives avaient été longuement utilisées par Jaishankar dans les années 60/70.

Mysskin remet le thème à l’ordre du jour avec Vishal dans Thupparivaalan. Produit par l’acteur lui-même, le film prend le modèle des aventures de Sherlock Holmes. Le réalisateur ne se cache pas de l’inspiration avec une mention pour Doyle et son duo Holmes-Watson.

Mysskin s’unit pour la 2ème fois avec un acteur établi (avec un certain marché) après Jeeva dans Mugamoodi. Un projet qui fut d’ailleurs moyennement accepté par les critiques et le public.

Le combo Vishal-Mysskin portera-t-il ses fruits pour donner le succès commercial recherché par le réalisateur et le succès critique pour l’acteur ?

Synopsis :

Kani et son acolyte Mano mènent une agence de détective aux services des particuliers. Kani est lassé des enquêtes sans saveurs et banales aboutissant sur des crimes passionnels.

Un jour, un petit garçon vient voir le détective, afin de retrouver le meurtrier de son chien, auquel il était profondément attaché. Le récit du garçon convainc Kani. De fils en aiguilles, Kani et Mano se retrouvent entremêlés dans une enquête mettant en lien plusieurs meurtres.
Où mènera cette enquête ? Que cachent ces meurtres ?

Critique :

Mysskin reste fidèle a lui-même dans la narration de son film. Que ce soient les personnages ou l’élaboration de l’intrigue, la patte du réalisateur se fait sentir sur chaque scène. La mise en scène ainsi que les plans sont une aubaine tout au long du film.
L’histoire avance petit à petit et le spectateur est très vite dans l’attente de la prochaine scène. Les liens entre les éléments permettant l’avancement de l’enquête, sont subtils et cohérents, titillant ainsi la curiosité du spectateur.

La multitude de personnage et la présence d’un gang de meurtriers sont les caractéristiques des films policiers que l’on retrouve dans Thupparivaalan. Le scénario alternant les scènes entre le duo Kani-Mano ainsi que le gang de Devil rythment l’intensité du film. Mention spéciale aux scènes de combats qui sont esthétiquement chorégraphiées et admirablement exécutées par Vishal.

Ce qui peut aller à l’encontre du film est très probablement la redondance dans l’écriture des personnages antagonistes de Mysskin. On retrouve quelques similitudes dans leurs traits de caractères mais aussi dans leurs attitudes.
Le personnage de Kani peut aussi provoquer un certain scepticisme car il échappe parfois à la réalité. Que ce soit dans son attitude ou dans son look.

Côté technique, comme cité précédemment les plans sont un régal. Plan séquence, prises longues et caméra subjectives entre autres sont déployés par le réalisateur qui livre une prestation réussie. Bien que cette réalisation puisse plaire aux sympathisants, elle peut paraître parfois forcée pour le spectateur lambda qui aurait aimé plus de dynamisme. La photographie est plus que louable.
Côté musique, c’est une véritable surprise tant la musique de fond soutient parfaitement le film. Le compositeur a été pleinement exploité par le réalisateur et il délivre des BGM entraînants et réussis. On remarque toutefois une certaine monotonie dans les BGM des films de Mysskin.

Le montage et les décors sont adéquats au genre.

Côté jeu d’acteur, Vishal et Prasanna collent parfaitement à leurs rôles. Le binôme présente même une alchimie à l’écran. Anu Emmanuelle, Andrea, Vinay et son gang ont le jeu juste et réaliste. Modulé par Mysskin, ils délivrent tout ce qui est requis pour leurs rôles.

Pour finir, Thupparivaalan est un film qui a tous les ingrédients d’un film de détective et une histoire intrigante. La réalisation et la narration de Mysskin nous donnent un film à suspense divertissant pour le spectateur. Si vous aimez les thrillers et film d’enquête, ne ratez pas Thupparivalan au cinéma !

Note : 3,25 / 5