Mersal | La Critique

Critique

Le succès du film “Theri” a rendu gargantuesque l’attente de la nouvelle collaboration entre “Thalapathy” et Atlee. L’acteur était dans l’obligation de donner un succès pour faire oublier son dernier film. Le duo a-il-répondu aux attentes ?


Synopsis :
Plusieurs membres liés au corps médical sont enlevés par un individu mystérieux. La piste mène vers le docteur Maaran (Vijay) qui a pour ambition de rendre les soins gratuits pour chaque individu. Lors de l’interrogatoire mené par Rathnavel (Sathyaraj) l’accusé révèle son identité et ses motivations. Il n’est pas Maaran mais Vettri (Vijay) un magicien. L’intrigue évolue sur les liens de Vettri, Maaran et Daniel (S J Suryah).


Critique :
Nous n’avions pas été avare en critique sur les prestations de l’acteur Vijay sur ses derniers films. Avec Mersal “Thalapathy” démontre qu’il n’a rien perdu de son talent. Il électrifie l’écran par sa présence. Il excelle et réussit dans tous les domaines. Le plus flagrant est sans doute le retour du danseur Vijay à son meilleur niveau. Il est crédible dans les trois rôles et rend justice aux personnages. Il porte le film et fait oublier les carences scénaristiques. Il est revenu dans son style de prédilection : un masala sans fantaisie. Il a laissé de côté les mimiques qui ont par moment irrité certains. Dans Mersal, Vijay n’a pas quitté sa zone de confort mais ensorcèle les spectateurs par sa présence et son charisme.

Côté technique, le réalisateur Atlee avait laissé son directeur de la photographie habituel et lancé la carrière du débutant G.K. Vishnu. Le cinématographe, pour son baptême du feu, a rendu une copie parfaite. Les plans, le choix des couleurs et les mouvements de caméra sont proches de la perfection. Le monteur Ruben a fait des choix justes pour faciliter l’expérience du spectateur. Le rythme laisse peu de place aux temps morts et à l’ennui. Ceci est la grande force de ce film : le spectateur a peu d’occasion pour détourner son regard de l’écran. Le génie A.R. Rahman a fait son travail comme à son habitude. Les chansons restent dans l’esprit et avec le visuel, elles prennent plus de valeurs. Les costumes contribuent grandement au succès de ce film. L’équipe, composée de trois stylistes, a fait un travail remarquable. Les scènes d’action méritent la mention passable. Dans l’ensemble, Atlee a tiré le meilleur de ses techniciens pour obtenir ce résultat.

Côté artiste, Vadivel tient enfin son film de référence pour son vrai retour. Il met la salle en feu lors de chacune de ses rares apparitions. Parmi les trois comédiennes, Nithya Menen est la seule qui retient l’attention et qui a un rôle dans le scénario. La nécessité de la présence de Samantha et de Kajal est à remettre en cause. Leurs personnages ont un impact très limité. Kovai Sarala, Sathyaraj et Sathyan héritent d’un temps de présence très limité. Ces artistes vétéran méritent un tout autre traitement. En revanche, S.J.Surya délivre une très belle prestation. Son jeu d’acteur est juste. Il est crédible dans son rôle d’antagoniste.

Atlee, en tirant le meilleur de son équipe et aidé par un grand Vijay, offre un très bon divertissement mais il a échoué sur son rôle de scénariste et de metteur en scène. En effet, le scénario est pauvre en originalité. Bien que le contenu porte un message fort à caractère social son contenant est ancien. La trame rappel plusieurs films cultes. L’utilisation des flash-back démontre qu’il a préféré la simplicité et tout misé sur Vijay et le message. Pourtant Atlee avait été aidé par Vijayendra Prasad le scénariste de “Baahubali”. Cela reste la grande déception du film. Atlee qui avait fait sensation dans “Raja Rani” et “Theri” par sa mise en scène originale déçoit dans “Mersal” en reprenant la mise en scène de plusieurs films surtout de son mentor Shankar.

Dans l’ensemble, “Mersal” est un excellent divertissement qui peut satisfaire tous les spectateurs. Il sera un film important dans la carrière de Vijay.

Note :  3/5