Kaala | La Critique

A la une, Critique

Alors que sa fin de carrière d’acteur approche rapidement pour laisser place à une carrière de politicien, Rajinikanth nous offre “Kaala”, sa nouvelle association avec Pa. Ranjith. Attendu par les fans de la Superstar, mais également des sceptiques de Kabali”, le duo met la barre haute avec un teaser explosif. “Kaala” fera-t-il l’unanimité ?


Synopsis :
Kaala (Karikalan) est un personnage respecté et adulé à Dharavi, un bidonville de Mumbai. Alors que des politiciens souhaitent acquérir des terres pour des fins économiques sous prétexte de rendre le terrain et la ville pure, les habitants s’y opposent logiquement. La ségrégation sociale dont sont victimes les habitants est criante, mais ceci n’empêche pas les politiciens de creuser encore plus cette inégalité. Ceci au détriment de l’unité qui règne dans le bidonville.


Critique :
Le sujet est très rapidement exposé et le fond politique du film est évident. Bien que le contexte soit posé, la narration se poursuit très lentement autour du personnage principal et sa famille. Le film prend une tournure différente avec l’apparition d’un personnage féminin appartenant au passé de Kaala. Hélas, cet évènement censé booster le film ne fait que le ralentir encore plus. Les scènes mal exécutées et un fond de musique redondant commence à agacer. Hormis cette histoire entre les deux personnages, l’histoire principale reste peu entraînante, avec une simple « gueguerre » entre un politicien et Kaala.

C’est l’éternel combat entre le gentil pauvre et le méchant riche qui s’installe petit à petit.

Le charisme de Rajni , comme à son habitude, est poignant. Parfois abandonné par la mise en scène, il n’en reste pas du moins convaincant et électrique. La famille de Kaala et les personnages gravitant autour de lui, tel que ses fils et sa femme sont un véritable plus. Leurs personnages plutôt bien écrits et variés offrent une dimension intéressante. C’est véritablement ces relations qui sont l’atout du film.

La deuxième partie du film est proche de la première: un scénario trop simple, une histoire banale sur un sujet politique intéressant. Un gout de déjà-vu, et d’inachevé reste omniprésent. Les moments où l’intensité augmente sont les scènes « mass » et de combat. Bien que les thèmes abordés sont importants et méritent une attention, ceux-ci sont traités de façon presque superficielle ou du moins seulement suffisante pour les personnes suivant les conflits sociaux en inde. Les scènes familiales reste néanmoins appréciables.

Techniquement, le film est plus que correct mais pèche parfois dans la réalisation. La mise en scène ne semble pas toujours fluide et le spectateur peut avoir du mal à s’accrocher au film, l’intrigue n’aidant pas forcément. La musique de fond est intéressante par moment, lassante par d’autres.

L’autre point positif est le jeu des acteurs. Aussi bien “Rajin”i, que les membres de sa famille sont parfaits pour les rôles. Une certaine authenticité se dégage quand même dans les figurants et les personnages secondaires.

Pour finir, “Kaala” est un film qui satisfera sans doute les fans de “Rajini” qui ne compteront que sur sa présence d’écran. Pour les spectateurs ayant un intérêt sur les conflits sociaux en Inde, “Kaal”a peut être une bonne immersion. Pour le reste “Kaala” restera un film assez lent et manquant d’intrigue, et laissant sur sa faim.

Note : 2,5/5